Pierre, le pouvoir des clés

Pierre, les clés du royaume ou comment ouvrir le Royaume de Dieu à l’Eglise

Ouvrir, ce n’est pas inviter les gens à nous rejoindre, mais c’est nous pousser à sortir pour irriguer le Royaume de la grâce de Dieu

 Mathieu 16 v. 15: Mais vous, leur dit–il, qui dites–vous que je suis ? 16  Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. 17  Jésus reprit la parole et lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est dans les cieux.18  Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront pas contre elle. 19  Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : Ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.

Après la pierre sur laquelle, Jésus va construire son Eglise, voilà maintenant les clefs qui ouvrent le Royaume de Dieu. Et c’est à Pierre qu’elles sont confiées

«   Écris à l’ange de l’Église de Philadelphie : Voici ce que dit le Saint, le Véritable, Celui qui a la clé de David, Celui qui ouvre et personne ne fermera, Celui qui ferme et personne n’ouvrira :

1. Esaïe et Apocalypse

 « Les clefs du royaume des cieux ». Allusion presque certaine à Esa 22:22. Dans ce texte, la charge et l’autorité de l’intendant sont transmises à Eliakim. « Je mettrai sur son épaule la clé de la maison de David ; quand il ouvrira, nul ne fermera, quand il fermera, nul n’ouvrira ». Cette phrase est directement appliquée à Jésus dans Apo 3: 8  Je connais tes œuvres. Voici : j’ai mis devant toi une porte ouverte que nul ne peut fermer, parce que tu as peu de puissance, que tu as gardé ma parole et que tu n’as pas renié mon nom

 C’est Jésus qui ouvre et qui ferme ; Bizarrement, il confie  l’ouverture du Royaume de  Dieu à Pierre

 Il convient de noter tout d’abord que  ce ne sont pas les clés de l’Eglise qui sont confiées à Pierre, mais celle du Royaume des Cieux ou du Royaume de Dieu. Le Royaume de  Dieu, c’est sur quoi Dieu règne. Pour moi, Il règne sur tout, même si les humains ne le reconnaissent pas. Le rôle de la maison de David, puis de l’Eglise c’est de faire faire prendre conscience au Monde qui est le Royaume de Dieu, qu’il est aimé par Dieu et que mettre Dieu au centre des activités et relations humaines, c’est à coup sûr revenir au plan initial de Dieu, dans un monde de justice, d’équité et de solidarité.

Pour moi, ouvrir le Royaume des Cieux, c’est ouvrir le Monde à la Parole du salut, c’est ouvrir le Monde aux bouleversements créés par l’œuvre de Dieu en Jésus-Christ. C’est annoncer le pardon, c’est annoncer la grâce, c’est annoncer le retour au sens de l’existence.

La maison de David ou l’Eglise n’ont jamais constitué une fin en elles-mêmes. Elles n’existent que pour ouvrir le chemin  à celui qui veut régner : le Dieu Créateur. Le royaume de Dieu, en effet, est plus étendu que l’Église ; il embrasse des sphères de la vie humaine qui n’appartiennent pas nécessairement à l’Église, comme l’État, la famille, la culture de l’esprit humain par la civilisation, les sciences, les arts. Les paraboles du Royaume de Mathieu, en particulier celle du filet et du champ qui voit pousser simultanément l’ivraie et le bon grain, montre bien que le la tâche des disciples est d’ouvrir le Royaume à l’action de l’Esprit, de faire en sorte que l’Eglise pénètre le Royaume de Dieu et en devienne véritablement le sel et la lumière.

 Deux conclusions :

La mission que Dieu confie à l’Eglise c’est d’être le signe, dans le Monde, de la grâce de Dieu, de la réconciliation, c’est d’être lumière du monde ; non pas en excluant les gens de son sein, parce qu’ils ne seraient pas assez saints, mais en étant signe, (c’est le mot) de l’amour et de la justice de Dieu par une Parole qui change tout : justement celle que Pierre a prononcée sous le pouvoir de l’Esprit : «  tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant »

Ouvrir des portes, c’est inviter, c’est proposer, c’est encourager. Fermer des portes, c’est dire non à l’injustice, c’est dire non à des solutions économiques qui brisent les êtres ; c’est dire non au Satan qui te promet tout, à condition que tu le serves.

Deuxièmement, Jésus va confier cette responsabilité d’ouvrir ou fermer les portes, non pas seulement à Pierre, mais aussi aux autres apôtres, et à tous les croyants, comme nous l’indiquent différents passages de l’Evangile, notamment ceux de Mathieu 18 v.18 :

18  En vérité je vous le dis, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel. 19  En vérité je vous dis encore que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander quoi que ce soit, cela leur sera donné par mon Père qui est dans les cieux. 20  Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. Quel pouvoir, mais quelle responsabilité aussi !

Mais une chose est claire pour moi : c’est la Parole qui ouvre ou qui ferme ; c’est la parole du Christ, car lui seul possède, in fine, le pouvoir de donner la vie ou la mort : «  Apocalypse 1v.18: Moi je suis le premier et le dernier, le vivant. J’étais mort, et me voici vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clés de la mort et du séjour des morts. »

Paul dira : « Vous donc frères, sachez–le bien : par lui le pardon des péchés vous est annoncé,39  et en lui quiconque croit est justifié de tout ce dont vous ne pouviez être justifiés par la loi de Moïse. »

Et si le pouvoir des Clés, n’était ni plus ni moins que le pouvoir du St-Esprit agissant et parlant au travers de  celui qui le laisse agir. Je le crois. Ce pouvoir il s’exerce à la fois à l’intérieur de la communauté, dans le là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom que face à l’empereur pour les premiers chrétiens ou face à notre société. Mais jamais pour exclure. Toujours l’Esprit conduit à Dieu, au pardon possible, à l’humilité ; jamais à la domination.

2. Retour aux livres des Actes des Apôtres

A quoi Jésus-faisait-il allusion quand il dit à Pierre : «  je te donnerai les Clés.. » A un évènement qui allait venir : la Pentecôte. Le St-Esprit descend sur chacun des disciples et d’autres juifs, cent vingt peut-être, sous la forme d’une langue de feu, symbole de la parole puissante donnée à chacun par l’action de l’Esprit ; tellement puissante que cela produit un immense brouhaha. A la Pentecôte, l’Esprit descend, Pierre n’y est pour rien. C’est lui cependant qui donnera l’explication, la Parole qui reconnaît et explique l’action de Dieu. Cette Parole, elle ouvre ou elle ferme la porte, parce qu’elle est prononcée par l’Esprit ;

Ce ne sont pas les juifs qui entrent dans l’Eglise, mais l’Esprit qui va à la rencontre des juifs prosélytes. C’est ce qui se passe à Samarie également. Ce n’est pas l’Eglise qui s’ouvre aux Samaritains, C’est l’Esprit qui sort à la rencontre des Samaritains.

Avec Corneille qui reçoit l’Esprit, il ne s’agit pas de comprendre que Corneille et les païens qu’il représente entrent dans l’Eglise. C’est le St-Esprit qui entre un peu plus dans le Royaume de Dieu.

Et chaque fois Pierre a été dans le coup. Il a su aussi fermer la porte, par une Parole dure qui  ferme la porte à la corruption, à celui qui veut utiliser Dieu, se mettre lui, à la place de Dieu.

On n’achète pas Dieu, on n’achète pas la grâce, on n’achète pas la bénédiction. Non : la porte est fermée.

Dire la parole qui ouvre l’être humain et la société à la grâce de Dieu, dire la Parole qui dit que Christ a porté sur lui le jugement de chacun.

Dire la Parole qui ferme la société ou l’être humain à des orientations, des actions qui exploitent l’être humain et le réduit à l’esclavage. Souvent nous refusons « de dire » par peur ou par intérêt.

Bien sûr il y a un impact politique dans cette parole dite ou tue. C’est la question de la justice, de l’humain, de la gouvernance. Cette parole s’inscrit dans le plan de Dieu qui nous invite à le reconnaître dans le regard de l’autre.

 Pierre dira : édifiez la maison spirituelle. Edifiez le royaume. Frères et Sœurs, je voulais juste vous dire que nous avions une parole à dire. Nous avons une maison à construire. Le Seigneur, nous a donné les clés. Ce sont  celles de son Esprit

Et si quelqu’un pense qu’il ou elle n’a pas l’Esprit, il se trompe, car c’est Dieu qui le donne et c’est par Lui que nous sommes ses enfants.